Pied plat valgus

Définition

Il s’agit d’un affaissement de l’arche médiale longitudinale du pied, en d’autres termes d’un effondrement de la voute plantaire. Il s’associe fréquemment à une déviation vers l’extérieur (valgus) du talon, on parle alors de pied plat valgus.

JPG - 37.7 ko

On distingue volontiers :

  • Pied plat congénital (PPV idiopathique) : Acquis pendant l’enfance, réductible et peu symptomatique, il peut parfois se décompenser à l’adolescence.
  • Pied plat contracturé de l’adolescent : Il traduit généralement la présence d’une synostose (pont osseux entre 2 os).
  • Pied plat dégénératif de l’adulte : Il apparaît généralement après 50 ans. Il est dû à un dysfonctionnement du tendon tibial postérieur se manifestant par des douleurs péri-malléolaires internes.

Des radiographies en charge sont indispensables.

L’IRM permet d’apprécier l’état du tendon tibial postérieur et des structures internes.
Un scanner peut être demandé en cas de suspicion de synostose.

JPG - 63.3 ko

Traitement médical

Les semelles, avec un coin supinateur postérieur (pour corriger le valgus) et un soutien de voûte sont indispensables et le plus souvent suffisantes. La rééducation avec étirement du triceps sural et des fibulaires peut s’avérer un complément utile.
En cas d’échec du traitement médical, une solution chirurgicale peut alors être envisagée.

Traitement chirurgical

  • Chez l’enfant et l’adolescent
    En cas de synostose, on privilégiera la résection du pont osseux.
    En revanche, en l’absence de synostose lorsque la déformation est souple, la mise en place d’un implant entre le talus et le calcanéum (arthrorise sous-talienne) permet généralement de corriger l’affaissement du pied.
  • Chez l’adulte
    Les synostoses calcanéo-naviculaires répondent favorablement à une simple résection du pont osseux. Pour les synostoses talo-calcanéennes, l’arthrodèse sous-talienne garantit généralement les meilleurs résultats.
    En cas de déformation réductible dans les pieds plats acquis, le traitement associe généralement une ostéotomie de réaxation du calcanéum (ostéotomie d’allongement selon Evans ou de translation médiale selon Myerson) à un renforcement du tendon tibial postérieur déficient (transfert du fléchisseur commun des orteils). On parle de chirurgie conservatrice car la mobilité des différentes articulations de l’arrière-pied est préservée. Dans certains cas, un allongement du tendon d’Achille est utile.
    Au contraire, lorsque la déformation est fixée ou en cas d’arthrose, le blocage en bonne position de certaines articulations (sous-talienne, talo-naviculaire voire calcanéo-cuboidienne) est préférable.
JPG - 36.7 ko